Activités physiques de combat en milieu scolaire

L’auteur des articles et documents

Michel CALMET
né le 07/05/1953
marié, trois enfants

Situation professionnelle :
Professeur d’éducation physique de 1977 à 1989 (5 ans en collège ZEP).
Sessionnaire à l’Institut National du Sport et de l’éducation physique de 1989 à 1991.
Professeur EPS en collège ZEP en 1992 et 1993.
Professeur EPS à l’Université de Picardie Jules Verne, Faculté des Sciences du Sport de 1993 à 2003.
Professeur EPS à l’Université de Montpellier I, Faculté des Sciences du Sport depuis septembre 2003.
Qualifié aux fonctions de Maître de conférences (74° section) en janvier 2005.
Membre de l’équipe de recherche JE 2516 : Santé, Education, Situation de Handicap.

Diplômes Universitaires :
Doctorat en Sciences de l’Education, 2002 (Très honorable, félicitations du jury), UPJV Amiens, Picardie.
"Faut-il enseigner le judo ou le savoir combattre ?
Les démarches éducatives scolaires peuvent-elles intégrer les activités physiques de combat ?
Les activités physiques de combat sont-elles intégrées entièrement en éducation physique et sportive ?"
DESS Systèmes d’information multimédias, 1996, (mention AB), UPJV Amiens
"Gestion d’images fixes et animées, un exemple en judo"

Diplômes d’Etat et autres diplômes :
Diplôme de l’Institut National du Sport et de l’Education Physique, 1991, (Félicitations), Paris
"Judo et formation de formateurs, un système expert en judo"
Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 3° degré en judo, 1992, Paris
"Enseignement assisté par ordinateur en judo, proposition d’un programme d’EAO"
5° dan de judo

Activités de recherches :
Les travaux menés depuis 1989 portent sur le champ des sciences cognitives en général et de l’organisation des connaissances plus particulièrement.
Ils s’inscrivent dans l’étude du mouvement humain et de la motricité, dans les nouvelles thématiques de recherches concernant les hypertextes, les hypermédias, la gestion des connaissances, les outils technologiques spécifiques permettant d’une part des simulations (souvent numériques) et d’autre part des pratiques innovantes. Ce sont des recherches technologiques et sportives qui permettent d’agir, d’observer, d’intervenir dans le cadre de la pratique ou de l’enseignement d’une activité physique sportive et artistique (Martinand, 1986 ; Miège, 1996).
A partir du travail de thèse par exemple, l’intervention de l’enseignant peut être plus précise en ayant :
* connaissance des choix et préférences des élèves et des professeurs (Truchon, 1998 ; Blair et Pollak, 1999)
* une cohérence entre les pédagogies d’éveil, les étapes d’apprentissage et les activités physiques de combat (Best, 1973 ; Famose, 1990 ; Bui-Xuan, 1994)
Deux points se rejoignent dans ces travaux, l’étude de la motricité humaine et/ou des conditions de son exercice dans le cadre de la pratique d’activités physiques sportives et artistiques et leurs objectivations pour comprendre. Cela fait suite à une détermination des paramètres essentiels, à une description simple (Ghidaglia et Rittaud, 2004) des faits observés ou analysés, sans considérer la technique sportive et/ou informatique comme une fin en soi (Bertrand, 1980). L’objectif de compréhension implique plusieurs niveaux (Dortier, 1995 ; Boulanger, 2005) :
* Ascendant, c’est le point de vue des recherches plus fondamentales, c’est à dire une compréhension pour mieux appréhender les neurosciences.
* Descendant, c’est l’approche des sciences cognitives que nous avons. Il s’agit de rendre intelligibles des organisations ou des prises de décisions possibles dans l’action par l’élève ou l’athlète ou par l’enseignant ou l’entraîneur (Martinand, 1991).
Les résultats obtenus peuvent aussi être implémentés sur des ordinateurs pour organiser des simulations numériques et créer des systèmes d’aides multimédias interactifs (SAMI). Le travail réalisé pour le diplôme des études supérieures de l’INSEP, permet après avoir sélectionné des comportements observables d’accéder, si l’observation est cohérente, à des situations ou exercices permettant de faire progresser les personnes observées. Quel que soit le support, ces systèmes d’aide entraînent toujours des va et vient entre savoir procédural et savoir constitué de propositions. Savoir procédural issu d’un comportement qu’il faut rendre intelligible et accessible par des propositions textuelles (George, 1985 ; 1988). De plus, dans le cadre d’application numérique, il faudra à partir de ces propositions textuelles établir des procédures permettant la simulation (Lauzière, 1986). Dans l’aide à la prise de décisions ils peuvent être prédictifs, actifs (en temps réel), explicatifs. (Haton, 1993). Ils sont interactifs dans la mesure où il est nécessaire de ’cliquer pour voir’ ou de ’cliquer pour s’impliquer’ dans le déroulement de l’application (Calmet, 1997 ; Calmet et Ahmaidi, 2002). Ils permettent d’une part l’accès à différents types de logique déduction, induction et abduction (Mouy, 1963 ; Szczeciniarz, 2003) d’autre part l’organisation des connaissances (Cauzinille-Marmèche et Mathieu, 1986).
A partir de connaissances didactiques fiables et d’expériences empiriques réalisées, nous avons pu passer à une recherche scientifique, rigoureuse dans le traitement des données. Les recherches menées portent concrètement sur les sports de combat, les arts martiaux, le judo et les technologies d’information et de communication appliquées à l’éducation (T.I.C.E.), elles correspondent bien avec trois des diplômes obtenus (thèse en sciences de l’éducation, DESS en système d’information multimédia, brevet d’Etat 3° degré en judo).

Par ailleurs, depuis une quinzaine d’année nous développons une activité d’escrime aménagée pour être enseignée en établissement scolaire. Il s’agit précisément de la mise au point du matériel spécifique et de définir des programmations et les contenus d’enseignements. Le travail d’ingénierie didactique a permis d’établir des connaissances didactiques fiables, les stages de formation professionnelle témoignent de cette fiabilité. Il est maintenant possible d’organiser des recherches rigoureuses sur l’analyse du comportement des participants dans cette activité.

La poursuite des travaux est une recherche de déterminants qui concernent la pratique du judo et les sports de combat.
* Comparaison des représentations des étudiants en STAPS et des étudiants des autres disciplines au sujet du judo. Les résultats de la thèse montrent une différence entre deux populations issues des STAPS et des Lettres. En développant cette étude sur une population plus importante nous pourrons voir s’il existe une communication spécifique entre les enseignants et les élèves de lycée susceptibles de se diriger en STAPS.
* Comparaison, modélisation et évolution du système d’attaque chez les judokas de différents niveaux de pratique.
* Rôle du combat à mémoire dans l’émergence des techniques de combat et le développement des sentiments de compétences et d’autodétermination chez les élèves.
* Quel rôle joue la symbolique chez les élèves lors de la pratique du kendo-scolaire, notamment lors de la réalisation des cascades de combats ?
* Filles et garçons, quelles interactions sociales et corporelles dans la pratique du kendo-scolaire ?

Les résultats de ces recherches ancrées sur les sports de combat, avec comme support le multimédia, pourraient donner lieu à des nouveaux travaux :
* en sciences humaines, symbolique, filles - garçons ou apprentissage et combat à mémoire.
* plus fondamentaux, mémoire de travail et combat à mémoire, (Tiberghien, 1994, Baddeley, 1994).
* développer des applications facilitant la formation et/ou l’enseignement à distance (Calmet et al., 1992 ; Heurley, 2002).

L’objectif est de travailler sur l’outil multimédia dans une optique de formation de formateurs (former à distance des intervenants en Education pour la Santé) ainsi que dans une optique d’intervention directe sur le public (conception de campagnes multimédias). Ces travaux ont permis quelques publications sur l’étude du système d’attaque chez les judokas, sur la pratique des activités physiques de combat en mixité, et m’amènent à faire des communications pour en présenter d’autres aspects. Par exemple, lors d’un colloque à Clermont-Ferrand en 2007, l’analyse des pratiques en EPS portait sur la présentation d’un autre paradigme pour enseigner les activités physiques de combat en milieu scolaire. A partir d’une expérimentation simple, le judo est présenté comme un système de mise en relation de deux personnes au travers de jeux et d’exercices de confrontations. La finalité de ces derniers étant d’apprendre à mieux connaître son partenaire de travail. Ces concepts peuvent être étendus à l’éducation physique en général.

L’implication au sein d’une équipe de recherche crée par ailleurs la possibilité de travailler dans d’autres domaines. Les compétences et qualifications en judo ont permis de créer un cours sur l’intérêt des handicaps simulés dans la pratique des activités physiques à Montpellier.

Références :
Baddeley A, 1994, Les mémoires humaines, La Recherche 267.
Bertrand G, 1980, Pourquoi les outils changent ?, in L’invention et l’innovation, Science et vie HS 130-138
Best F, 1973, Pour une pédagogie de l’éveil, Colin.
Blair D., Pollak R., 1999, La logique du choix collectif, in Les mathématiques sociales, H.S. Pour la science ; 82-89
Boulanger Ph, 2005, Du haut vers le bas, ou du bas vers le haut ?, Pour la Science 335
Bui-Xuan G, 1994, Une modélisation du procès pédagogique, in Enseigner l’EPS, AFRAPS, 77-89
Calmet M, 1997, Learning multimedia and theory of games, VI° Symposium Computer Sciences in Sport, 12-14 June 1997, Köln, Germany
Calmet M, Ahmaidi S, 2002, Des outils technologiques utilisables pour l’observation du sport de haut-niveau dans les structures de formation, IIèmes Journées Internationales des Sciences du Sport, 12-15 novembre 2002, Paris INSEP, France
Calmet M, Matet Ph, Dancoisne B, Ontanon G, 1992, Informatique : l’enjeu des nouveaux documents de formation, EPS 235, 71-73
Cauzinille-Marmèche E, Mathieu J, 1986, La simulation du fonctionnement cognitif à l’aide de systèmes experts, in Bonnet C, Hoc JM, Tiberghien G, Psychologie-Intelligence artificielle et automatique, Margada, Liège ; 87-98
Dortier JF, 1995, Vers une intelligence artificielle, Sciences humaines 56, 26-27
Famose JP, 1990, Apprentissage moteur et difficulté de la tâche, Insep. George, 1985, EP.S Interroge, EP.S 195 et 196
George C, 1988, Interactions entre les connaissances déclaratives et procédurales, in Perruchet P. Les automatismes cognitifs, Margada, Liège ; 103-128
Ghidaglia et Rittaud, 2004, La simulation numérique, La recherche 380 ; 73-76
Haton, JP, 1993, Les systèmes à base de connaissances, in Le Ny, JF. Intelligence naturelle et intelligence artificielle, puf, Paris, 19-42
Heurley L, 2002, Psychologie de la production et de l’utilisation de documents techniques, Psychologie française 47-1 ; 3-18
Lauzière JL, 1986, Intelligence artificielle - Résolution de problèmes par l’homme et la machine, Eyrolles, Paris
Martinand JL, 1986, Connaître et transformer la matière, Lang
Martinand JL., 1991, in Astolfi JP. et Develay M., La didactique des Sciences, QSJ 2448, PUF.
Miège C, 1996, Le sport Européen, PUF, Paris
Mouy P, Logique, 1963, Cédic Nathan, Paris
Szczeciniarz JJ, 2003, Qu’est ce qu’une hypothèse, in La science en 100 questions, Science et avenir HS, 26-31
Tiberghien G, 1994, Psychologie de la mémoire humaine, Sciences Humaines 43.
Truchon M, 1998 La démocratie : oui, mais laquelle ?, CREFA 96-06, Laval, Canada


(*) Je suis grandement aidé dans l’administration du site par Philippe Matet


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 512240

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Accueil   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License